Histoire de la couette et définition

Origines moyenâgeuses de la couette

La couette, ou édredon, est un élément de literie permettant de garder au chaud le dormeur. Ses origines remontent au Moyen-âge, dans le Nord de l’Europe : une tradition consistait à offrir aux jeunes tourtereaux un sac rempli de duvet d’oie en guise de cadeau de mariage. Rien de tel que pour faire face aux rudes hivers lorsqu’on dort dans une bâtisse si mal isolée et chauffée.

La couette est remplie de duvet d’oie et de plumettes. On détermine la qualité d’une couette par la taille des flocons de duvet. Plus ils sont grands, mieux c’est. Le duvet doit être bien aéré afin d’être efficace, il faut éviter tout tassement. On peut le limiter en l’emprisonnant dans des alvéoles cousues.

Si elle était idéale pour contrer les grands froids, la couette n’était pas dénuée d’inconvénients, ce qui explique pourquoi elle fut remplacée par les couvertures et les draps durant le début du 20ème siècle. La découverte des acariens et des soucis de santé qu’ils provoquent expliquent ce changement de mode.

La technologie consacre la renaissance de la couette

Avec l’apparition des matières synthétiques, de nouvelles possibilités se sont ouvertes. Matières anti-acariens et ajustement du grammage (poids de la couette au centimètre/carré, qui jouera donc sur son efficacité), technologie permettant de maintenir son volume (notamment les fibres creuses en silicone) ont contribués à la renaissance de la couette, débarrassée de ses imperfections.

La couette est désormais utilisée en masse, la couverture et les draps ne se retrouvant plus que rarement dans nos chambres à coucher. Une couette étant difficile à laver, les housses de couette, souvent vendues en parures de lit, ont fait leur apparition. D’un accessoire pratique, la housse est devenue un élément de décoration à part entière de nos chambres à coucher. Motifs floraux, personnages de dessins animés pour les enfants, on en trouve pour tous les goûts.